Construction de la cabane 1

18 mars 1925

La commission, nommée par la section des Diablerets pour s’occuper de la construction de la cabane, examine divers emplacements.

Elle en retient deux: le val de la Neuvaz et le col Tracuit.

Il est décidé d’aviser les communes d’Orsières et d’Ayer que la section des Diablerets étudie la construction d’une cabane, et qu’elles veuillent bien lui réserver la priorité sur toute autre demande.

6-7 juin 1925

le DolentLa commission, à laquelle se sont adjoints quelques membres de la section se rendent dans le val de la Neuvaz pour recherche d’un emplacement.

Elle voit au passage le Président de la Commune d’Orsières et son secrétaire, puis s’en va coucher à Prarion.

Le 7 juin à 4 heures 30, elle passe par les chalets de l’Amone et pénètre dans le val de la Neuvaz.

Le sentier est bientôt perdu et la commission chevauche avec difficulté dans un formidable pierrier.

Enfin, elle passe un pont et grimpe avec assez de peine la pente raide de la rive gauche du torrent la Neuvaz.

Trop tard, la troupe est avertie qu’elle fait fausse route.

Une marche de flanc, en franchissant des couloirs, dont un, peu commode, amène enfin la commission à environ 2300 m sur la moraine.

Là, elle y trouve des steinmanns plus ou moins démolis par l’avalanche, érigés depuis environ 5 ans par l’Union montagnarde de Genève.

Cette société a fait chaque année des essais mais n’a pas trouvé encore d’emplacement sûr, ni le pouvoir financier pour permettre cette construction.

Poussant plus haut, les explorateurs trouvent un emplacement à 2600 m qui pourrait éventuellement recevoir la cabane, mais avec le secours de murs de protection.

Alors que le gros de la troupe renonce à chercher plus haut, un petit groupe monte encore pour explorer un éperon se détachant du flanc des Essettes.

Un hourra annonce qu’ils ont trouvé l’emplacement désiré.

Cette plateforme paraît bien à l’abri des avalanches.

L’eau est abondante à deux minutes et les matériaux couvrent l’emplacement.

2

24 juin 1925

Sur le rapport de la commission de construction, la section des Diablerets approuve à l’unanimité l’emplacement de la Neuvaz et décide de faire une demande de subvention au comité central du CAS.

Centurier et Trivelli sont désignés comme architectes.

Il est en outre décidé la construction d’une cabane sans gardien.

11-12 juillet 1925

Course dans le val de la Neuvaz pour voir si la source donne toujours.

L’année a été très peu enneigée.

La réserve de neige derrière la cabane est épuisée, mais la source coule très abondamment.

28 juillet 1925

Le projet présenté par les architectes prévoit 21 couchettes.

Il est accepté par la commission.

 

1er décembre 1925

Les architectes présentent le devis, savoir:

construction Fr. 27000.-
mobilier
 Fr. 3000.-
chemins
 Fr. 2000.-
total
 Fr. 32000.-

 
Le projet est accepté et il est décidé la mise en soumission.

3

27-28 mars 1926

Centurier et Trivelli se rendent à Orsières pour donner des explications aux soumissionnaires.

Le garde-chasse Rausis explique que les mulets ne pourRont pas aller plus haut que le rocher de la cascade où il devra être fait un dépôt.

De là, le transport se fera à dos d’homme.

Le pont pour passer le torrent se fera immédiatement au-dessus de la cascade, au point le plus étroit.

Après examen des soumissions, il est décidé d’adjuger les travaux de maçonnerie à Monsieur Chabod d’Orsières, ceux de charpente et menuiserie à Monsieur Henri Thétaz de Praz-de-Fort et de couverture à Balleys d’Orsières.

19-20 juin 1926

Après grande série de pluie, course avec les entrepreneurs pour examen des lieux, tracer les sentiers, et voir l’état du steinmann sur l’emplacement.

Depuis le rocher de la cascade, tout est sous la neige fraîche.

Après 5 pénibles heures, on atteint l’emplacement.

La neige est propre, sans aucune trace de pierres.

Le steinmann est intact.

Les 2 couloirs des Essettes reçoivent plusieurs fois dans cette journée des avalanches.

De partout, il en descend et l’on peut suivre très bien leur direction habituelle.

La descente se fit en faisant partir l’avalanche devant soi.

9-10 juillet 1926

Seylaz, Bally et Trivelli montent pour tracer la cabane et prendre les niveaux.

Grand beau.

24 juillet 1926

Course pour surveillance des travaux de fondation.

La hauteur des blocs épars couvrant le rocher est très forte.

4

dépôt de bois au rocher de la cascade

 

21-22 août 1926

La cabane est fondée, sauf partie au nord.


8-9 septembre 1926

Le mur de soutènement est bâti.

Les murs de la cabane et le fronton sont construits jusqu’à mi-hauteur.

18-19 septembre 1926

Les maçonneries sont prêtes à recevoir la charpente.

le mulet Joffre arrivant sous le rocher de la cabane

 

10 octobre 1926

La cabane est sous toit.

Les volets et la porte sont posés.

La couverture en tôle galvanisée a été finie à l’arrivée de la première neige.

La cabane ainsi fermée peut passer l’hiver.

5

la chaîne des Aiguilles rouges du Dolentla cabane est fondée
juste récompense de l’effort, l’arrêt de midicommencement des maçonneries et mur de soutènement


6

murs prêts à la charpentele porche, le tailleur de pierres et la famille Trivelli
le porche est construitvue sur Dolent, pointe de l’Amone et Aig. rouges


7

la cabane est sous toit 

8

la cabane vue de l’Ouest


9

le pont a cédé sous le poids de la neige